Enfance obstructive du sommeil chez l’enfant

Rédacteur — Reimer dit que la covariance ne prouve pas la causalité. Je lui rappelle l’étude longitudinale et cas-témoins de Gozal, dans laquelle les enfants d’âge scolaire atteints d’apnée obstructive du sommeil qui avaient des adéno-amygdalectomies ont montré une amélioration significative de leurs résultats scolaires par rapport aux enfants atteints de la même maladie. l’évaluation clinique, citant la méta-analyse de Brietze et al.2 Trois des 12 études citées dans cette méta-analyse étaient des questionnaires relatifs à l’histoire du sommeil, trois étaient rétrospectives, une excluait les anomalies des voies aériennes supérieures et une morphologie faciale anormale. un critère de score polysomnographique invalide pour l’apnée obstructive du sommeil pédiatrique (apnée de 10 s au lieu de 5 s, je remets donc en question la conclusion de ces auteurs selon laquelle l’évaluation clinique n’est pas fiable). Les commentaires de Singh et Marnane sur bmj.com résonnent aussi avec la nécessité de développer un algorithme basé sur l’histoire et l’examen clinique, ainsi que de mettre à jour les directives de notation polysomnographiques.3 Je suis d’accord avec Ball et Jefferson sur le risque périopératoire supplémentaire et troubles neurologiques au cours de l’adéno-amygdalectomie.