Le deuil dans l’enfance

Les enfants ne viennent pas au monde comme “ ardoises vides ” mais apporter avec eux des systèmes comportementaux complexes. Un système bien étudié protège l’enfant du danger pendant la longue période d’immaturité extra-utérine. Cela implique le développement d’un comportement d’attachement mutuel (boîte), qui garantit que l’enfant ne s’éloigne pas du gardien. Les nourrissons sont des partenaires actifs dans le développement de ce comportement, utilisant des comportements instinctifs pour inciter les gardiens à les protéger. Celles-ci incluent sourire, vocaliser, pleurer, et, plus tard, revenir fréquemment à la base sûre de l’adulte après des incursions exploratoires.1 L’attachement du nourrisson est à son apogée vers l’âge de 3 ans, puis devient de plus en plus diffusé par d’autres relations, mais il reste important tout au long de la vie, les relations ultérieures faisant écho qualitativement aux relations antérieures. Pour qu’un développement émotionnel, social et psychosexuel optimal se produise, les enfants ont besoin d’une expérience de soins chaleureuse, sécurisée, affectueuse, individualisée et continue de la part de quelques soignants qui interagissent avec eux de manière sensible et qui peuvent vivre en harmonie.Points récapitulatifs Le modèle d’attachement entre l’enfant et le parent est enraciné dans l’instinct mais modifié par l’expérience. C’est une source importante de sécurité tout au long de la vie. La séparation d’un parent dans la petite enfance est suivie, successivement, par la protestation, le désespoir et le détachement; Au cours de l’enfance, la perte d’un parent entraîne souvent des problèmes émotionnels et comportementaux. Les enfants endeuillés dans l’enfance peuvent être vulnérables aux troubles psychiatriques plus tard dans la vie. Prévenir les enfants peut les aider à se préparer au deuil. Les réunions de soutien aux familles peuvent réduire la morbidité après le deuil