Les opposants à la pharmacie unissent leurs forces pour demander une enquête de l’ACP

Le Forum sur la santé des consommateurs (CHF), le Collège royal des médecins (RACP) et le Collège royal des médecins omnipraticiens (RACGP) ont uni leurs forces pour exprimer de «graves inquiétudes» sur le récent rapport d’audit 5CPA.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Sussan Ley, les organisations demandent au gouvernement d’entreprendre un examen approfondi de l’avenir de l’entente communautaire en matière de pharmacie afin d’éclairer les politiques futures.

Selon les groupes, les conclusions du rapport d’audit de la 5CPA indiquent que l’APC, en tant qu’instrument de politique de santé, «ne répond pas» à l’accès universel aux services de santé et aux médicaments et à la prestation efficace des soins arthrose.

La CHF, le RACP et le RACGP ont également élargi leurs préoccupations pour remettre en question les règles de localisation des pharmacies jugées «inutiles et étouffant les améliorations apportées par la concurrence à des aspects tels que les horaires d’ouverture des pharmacies, la concurrence tarifaire et les services à la clientèle».

“Un point de basculement a été atteint et des mesures immédiates sont nécessaires”, indique la lettre.

Parmi les autres critiques, mentionnons le manque de cadres d’évaluation et de rapports sur le rendement pour évaluer la 5CPA et le fait que 90% du financement relatif à la rémunération des pharmaciens n’avait pas été examiné depuis 1989.

La lettre indiquait également que les économies promises par l’APC 5 étaient peu susceptibles d’être réalisées.

“A un moment où le gouvernement demande ouvertement des économies et des économies dans le budget de la santé, ce manque de transparence et de manque de valeur ne peut pas continuer”, indique la lettre.

Si un examen de l’APG et des meilleures pratiques dans ce domaine ne pouvait avoir lieu, les organisations ont mis en doute “le mérite de s’engager à cinq années supplémentaires d’un tel accord”.