Pour susciter une plus grande participation, Mayo Clinic Expert adresse 6 craintes qui empêchent les gens de donner leur sang

Manish Gandhi, M.D., directeur médical du Centre des donneurs de sang de la Clinique Mayo, aborde six phobies courantes du don de sang, Manish Gandhi, M.D.

ROCHESTER, Minnesota – Aussi peu que 3 pour cent des Américains admissibles à donner du sang font, et la peur et l’anxiété sont des raisons communes pour lesquelles beaucoup refusent de donner. Les hôpitaux américains ont toujours besoin de nouveaux donneurs; à la Mayo Clinic, ce besoin est accru par les inquiétudes concernant la carence en fer chez les donneurs fréquents. Mayo a récemment commencé à exiger que les gens attendent 12 semaines plutôt que 8 entre les dons, un changement qui signifie une baisse estimée de 10 pour cent de son approvisionnement en sang. Pour inciter plus de gens à donner du sang, Manish Gandhi, M.D., directeur médical du Centre des donneurs de sang de la Mayo Clinic, aborde six phobies courantes du don de sang:

Peur des aiguilles: Les aiguilles utilisées dans le don de sang ne sont certainement pas les harpons que les personnes phobiques peuvent penser qu’elles sont. Le Dr Gandhi dit que les donneurs ressentent une piqûre d’épingle, tout comme la vaccination.

«Vous pouvez considérer cela comme prendre un vaccin contre la grippe, mais en même temps, potentiellement, vous pouvez aider au moins trois personnes par un don de sang total», dit-il. Le Dr Gandhi encourage ceux qui ont peur des aiguilles à se reposer en visitant un centre de don de sang pour voir les aiguilles utilisées.

La peur de la vue du sang: “Vous n’avez pas à voir le sang”, dit le Dr Gandhi. “Nos sièges ont des téléviseurs, vous pouvez regarder un film, vous pouvez regarder un spectacle pendant que vous donnez du sang, donc vous n’avez pas à le regarder.”

Peur de s’évanouir: les centres de donneurs prennent des mesures pour éviter l’évanouissement. Peu de gens s’évanouissent, et la recherche a montré que, même si cela arrive une fois, cela ne veut pas dire que ce sera de nouveau le cas, dit le Dr Gandhi. “Nous sommes continuellement à la recherche de différentes façons qui peuvent être évitées.”

Peur de la nausée: Facilement évité, le Dr Gandhi dit: «Mangez un petit déjeuner sain ou un repas complet, gardez-vous hydraté, puis venez faire un don de sang et ne pensez pas ‘Oh, c’est une grosse aiguille »Ou peut-être une bonne idée serait de commencer à penser à une bonne chanson ou à regarder un spectacle, ou à faire quelque chose, je pense que la distraction est la clé d’un don réussi.

Bien qu’il soit important de manger avant de faire un don, il est préférable d’éviter les repas gras tels que le cheeseburger, les frites et le milk-shake: cela peut modifier l’apparence de votre plasma. Le plasma ressemble normalement un peu au bouillon de poulet clair; un repas gras, et il ressemble plus à de la sauce. Cliquez ici pour voir la différence.

«C’est bon, c’est normal, mais parfois, ce n’est pas esthétique pour quelqu’un, alors nous ne voulons pas de plasma rempli de molécules de graisse», explique le Dr Gandhi.

Peur que si vous donnez une fois, le centre va vous harceler pour donner à nouveau: Les banques de sang ont tendance à respecter la vie privée des donneurs et à quelle fréquence ils aiment être appelés, dit le Dr Gandhi.

La peur de donner du sang entraînera un problème de santé: les donneurs potentiels sont soumis à un dépistage des problèmes de santé pour s’assurer qu’ils sont en assez bonne santé pour donner. “Dans la plupart des cas, une personne en bonne santé – donner du sang leur ferait probablement du bien, car en gros, vous allez reconstituer du sang neuf”, explique le Dr Gandhi.

Pour prévenir la propagation du VIH, des hépatites ou d’autres maladies, des aiguilles jetables et des kits de don de sang sont utilisés, et des médicaments frais sont utilisés pour chaque personne, puis éliminés, explique le Dr Gandhi. «Donc, il n’y a aucun moyen de transmettre un virus par le sang, parce que vous n’entrerez pas en contact avec le sang de quelqu’un d’autre», dit-il.

Après avoir donné, les donneurs sont invités à rester pendant 15 à 30 minutes et avoir quelque chose à manger et à boire, dit le Dr Gandhi. Ils devraient éviter de faire de l’exercice ou de soulever des poids pendant les six à 24 prochaines heures, mais autrement, ils pourraient reprendre une activité normale, dit-il.

En ce qui concerne la perte de fer chez les donneurs fréquents, le Dr Gandhi dit que Mayo continuera à étudier la question, pour voir si changer l’intervalle de don de huit semaines, le minimum requis par la Food and Drug Administration, à 12 semaines fait une différence. Si les résultats sont mitigés, la prochaine étape pourrait être de donner aux donneurs des suppléments de fer, bien qu’ils puissent causer des maux d’estomac et de la constipation chez certaines personnes, dit le Dr Gandhi.

Pendant ce temps, pour compenser la perte de sang due à la longue période d’attente entre les dons, la Mayo Clinic a lancé une campagne «Donner un jour de plus», selon laquelle environ 45% des donneurs ne donnent qu’une ou deux fois par an. Une fois de plus, ils feront plus que compenser la perte de 10%, dit le Dr Gandhi.

Cela montre qu’en plus d’apaiser les craintes au sujet du don de sang, il est également important d’aborder une idée fausse commune: il y a beaucoup de sang disponible et si un ami ou un membre de la famille en a besoin, il y aura suffisamment de sang alors pour les aider.

“Il y a toujours quelqu’un qui en a besoin”, dit le Dr Gandhi. “Malheureusement, c’est toujours le plus malade des gens qui ont besoin de sang, et c’est le sang qui fait la différence entre la vie et la mort pour eux.”

###

À propos de la clinique Mayo

Mayo Clinic est un leader mondial sans but lucratif dans les soins médicaux, la recherche et l’éducation pour les personnes de tous horizons. Pour plus d’informations, visitez MayoClinic.com ou MayoClinic.org/news.

Les journalistes peuvent devenir membres du Mayo Clinic News Network pour obtenir les dernières nouvelles sur la santé, la science et la recherche, ainsi que l’accès aux éléments vidéo, audio, textuels et graphiques qui peuvent être téléchargés ou intégrés.